Festival Salon Musique : la culture, un "véritable moyen de préservation de la cohésion sociale"

Festival Salon Musique : la culture, un "véritable moyen de préservation de la cohésion sociale"

www.noocultures.info – Quatre années déjà que la terre des hommes intègres est la scène de plusieurs attaques aux conséquences meurtrières lourdes. Une situation qui sème désarroi et méfiance dans ce pays, pourtant reconnu pour « son ouverture et sa joie de vivre », comme l’admet Karine Johannes. Mais vaut-il vraiment la peine d’arrêter de vivre tant qu’on vit ? La 2ème édition du Festival Salon Musique répond «Non » !

Mis en place en 2018 par l’Association des Arts Solidaires, le festival Salon Musique est une manifestation culturelle, et plus précisément musicale dont l’ambition est « de revitaliser la vie culturelle du pays, d’amener le public à oser se réapproprier l’espace public » et surtout de préserver le vivre-ensemble à travers la musique. Et, selon Karine Johannes, la chargée à la communication, la culture est le seul véritable moyen de préserver la cohésion sociale.

Le thème de la 2ème édition du Festival Salon Musique, lancée ce vendredi 22 novembre à Ouagadougou, « faire vivre les arts pour faire taire les armes » a été justement choisi pour ressortir ce rôle que l’on reconnait de plus en plus à l’Art en général et à la musique, en particulier. « La musique et les arts en général ont une portée qui dépasse le cadre culturel. Ils servent la cohésion sociale, sont les vecteurs de partage, de dialogue et de paix, et c’est ce que nous tenons à promouvoir avec le Festival », a expliqué l’artiste burkinabé Patrick Kabré, initiateur du concept.

Avec le Festival Salon Musique, ce sont les artistes qui se mobilisent pour apporter la musique chez le public, dans sa maison, dans sa famille ou encore dans son salon. Le constat est que ce dernier a abandonné presque tous les lieux de fête et de concerts et a même du mal à sortir de sa maison, à cause de la situation sécuritaire actuelle dans le pays.

Pour Karine JOHHANNES,il s’agit de montrer à la population qu’elle peut/doit se laisser aller, prendre du plaisir et oublier tout ce qu’il y a derrière ou de côté et se retrouver. « Des forces veulent diviser le Burkina, monter les gens les uns contre les autres, les communautés les unes contre les autres. La musique permet d’oublier tout ça et de se retrouver tous ensemble », a-t-elle affirmé.

Que la fête commence !

Le ton donné, ce sont les artistes Madame-tout-le-monde (France) et Dicko Fils (Burkina-Faso) qui ont animé le concert de lancement de la 2ème édition du Festival Salon musique ce vendredi. Pendant presque deux heures, le public en masse a dansé et sauté au son des Guitares, du Balafon, de la calebasse et de la Kora.

Ils sont au total 12 artistes venus du Burkina-Faso, de la France, de l’Allemagne et de la Belgique à être à l’affiche de cette édition. Jusqu’au 30 novembre, avec leurs instruments, ils partiront à la rencontre du public dans différents quartiers pour ressusciter le bonheur de vivre Burkinabé.

Il faut noter que le festival dure une semaine mais l’idée salon musique couvre toute l’année. Ainsi, au cours de l’année les gens peuvent solliciter un concert « salon musique » chez eux, avec les artistes de leur choix.

Par Akouavi DAGONA, envoyée spéciale à Ouagadougou ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.