Amal Chérif, la nouvelle égérie de la musique tunisienne

Amal Chérif, la nouvelle égérie de la musique tunisienne

www.noocultures.info – En compétition comme 11 autres artistes et groupes d’artistes pour remporter un des Tanit (trophées en or, argent et bronze) mis en jeu par les Journées Musicales de Carthage (JMC), la chanteuse tunisienne Amal Chérif s’est produite ce 11 avril 2016 à la maison de la Culture Ibn Rachiq de Tunis. Et elle a fait forte impression.

Comme à chaque fois qu’un des « candidats » doit monter sur scène, le rituel est le même dans cette salle de la maison de la Culture Ibn Rachiq de Tunis : les spectateurs l’applaudissent.  Amal Chérif n’a pas échappé à cette tradition. Elle qui était vivement attendue sur scène après s’être révélée comme la chanteuse sur qui il faut désormais compter.

Accompagnée de 4 musiciens, Amal Chérif monte sur la scène, chichement habillée, à l’occidental. Comme son style. En moins d’une heure de prestation, la jeune chanteuse tunisienne, dont la première prestation scénique remonte à quand elle avait à peine 10 ans, interprétant « Pour que tu m’aimes encore » de Céline Dion, a montré toute l’énergie qui est la sienne et le talent qui fait sa renommée. Pour séduire le public et le jury, tout y est passé. Sa voix, son talent de pianiste, de danseuse, de soliste et même parfois sa sensibilité.

Style occidentalisé

Le style d’Amal Chérif est très occidentalisé. De son habillement à ses choix musicaux en passant par ses pas de danse ou sa tenue de scène, la chanteuse a choisi sa voie et fait de sa voix, particulièrement douce et envoûtante, une arme de séduction. Sa musique, savant mélange de pop et de rock, mise en valeur par une batterie acoustique, fait tout le charme de cette chanteuse engagée.

Cet amour pour la musique occidentale et le rythme, Amal Chérif le tient de son père (Habib Chérif), également musicien chanteur et joueur de batterie dans un groupe de funk, comme elle le raconte dans une interview. Son père avait installé un petit studio et elle a très tôt pris goût à la musique. Mais bien plus tard, elle se laissera influencer par des artistes comme Aretha FranklinTina TurnerStevie wonder, James BrownRay Charles, Bob Marley ou encore les immortels du jazz Chet bakerBetty carter et  Billie Holiday.

Toutes ces influences se retrouvent aisément sur la scène quand Amal Chérif y preste. Repris parfois en chœur par le public, c’est particulièrement son titre « Ghodwa » (« demain » en français) qui aura marqué plus d’un. Avec ses airs « tounsi » et porté par des paroles qui parlent d’aujourd’hui et de la jeunesse tunisienne, « Ghodwa » exprime toute  l’espoir d’une jeunesse tunisienne en quête de mieux être.

Engagée dans ses titres et sur la scène, Amal Chérif s’impose comme le nouveau porte-voix de la Tunisie. Et les applaudissements nourris à la fin de sa prestation ce 11 avril à la maison de la culture Ibn Rachiq de Tunis témoignent de toute l’admiration que le public lui voue. Mais aussi du poids de la célébrité qu’elle devra désormais porter pour une jeunesse tunisienne qui gagne. Pour le prix, seul le jury décidera.

Par Eustache AGBOTON ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.