JCC2019 : à Bizerte, une nouvelle ère du cinéma s'ouvre

JCC2019 : à Bizerte, une nouvelle ère du cinéma s'ouvre

www.noocultures.info – Comme depuis 2017, les Journées Cinématographiques de Carthage ont perpétué la tradition de la décentralisation des projections dans 4 régions pour leur 30è édition : Bizerte, Jendouba, Mahdia et Gafsa. La cérémonie officielle de lancement des activités à Bizerte (environ 70 km de Tunis) a eu lieu ce 28 octobre 2019 mobilisant toute une ville qui attendait “patiemment” son tour.

L’ambiance devant le gouvernorat de Bizerte en ce début d’après-midi cache peu l’enthousiaste des Bizertins et de leurs autorités pour ce choix porté sur leur ville pour accueillir des projections dans le cadre des JCC dans les régions.

Bizerte, tout comme Jendouba, Mahdia et Gafsa, est l’une des quatre villes retenues pour cette 30è édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), “session Nejib Ayed. Une fanfare majoritairement composée de jeunes filles exécute un chant entraînant.

Quelques minutes d’animation plus tard, les invités seront accueillis par les autorités locales, avec à leur tête le gouverneur qui prend soin de serrer chaque main. Dans la salle de conférence du gouvernorat, les différentes prises de parole ont été l’occasion de confirmer combien Bizerte se réjouit d’accueillir cette session décentralisée des JCC.

Pour le Gouverneur, Mohamed Gouider, “Bizerte est une ville culturelle et touristique dont les jeunes ont besoin de ces genres d’initiatives”. Dans ses arguments, il expose que la ville aux traditions millénaires et sa position géographique dispose des atouts pour amorcer le développement de son industrie cinématographique et avoir un festival international dédié au 7è art.

“Le cinéma à Bizerte … Bizerte au cinéma”

“Nous avons des festivals et des manifestations culturels dont certains sont reconnus à l’international comme le Festival international de Bizerte. Mais nous pensons que nous sommes prêts pour accueillir de façon régulière une manifestation essentiellement cinématographique d’envergure internationale” a-t-il conclu.

Comme pour finir de convaincre que Bizerte est prête, c’est en calèche que les invités sont conduits vers la Maison de la culture Cheikh Idriss après un tour de la ville. Accueillis par des spectacles montés par jeunes, les invités ont pu se rendre compte de le richesse culturelle de la région. Dans la salle de la maison de la Culture, une exposition d’une importante collection d’affiches de films liées à la ville, à son histoire et à son cinéma intitulée “Le cinéma à Bizerte…Bizerte au cinéma”.

Justement, pour le cinéma, à l’occasion de ces JCC à Bizerte longtemps voulues par l’Association Bizerte Cinéma, la programmation comporte des films en compétition et des focus. Pour l’ouverture, le dernier long métrage de la réalisatrice tunisienne Fatma Rahi, “L’absence” a été proposé dans une salle pleine pour rappeler que Bizerte et le cinéma, c’est une histoire d’amour à laquelle les JCC viennent de donner un nouveau souffle.

Par Eustache AGBOTON, Envoyé spécial à Tunis, de retour de Bizerte ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *