Théâtre : le métier de scénographe expliqué à des journalistes culturels

Théâtre : le métier de scénographe expliqué à des journalistes culturels

AFRIQUE – Depuis le 26 septembre dernier, des journalistes culturels francophones participent à un atelier de renforcement de capacités, dans le cadre du projet « Écrire sur le spectacle vivant aujourd’hui ». Le 30 septembre, ils ont été entretenus par le scénographe béninois Gbènakpon Todego sur l’importance de ce métier dans le projet théâtral.

La scénographie est indispensable dans la création d’une œuvre théâtrale. C’est ce qu’il convient de retenir de l’intervention du scénographe béninois Gbènakpon Todego dans le cadre du projet « Écrire sur le spectacle vivant aujourd’hui » mis en œuvre par l’Association Nord Ouest Cultures avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à l’occasion de la 12è édition des Récréâtrales. Axée sur le thème « Le scénographe dans le projet théâtral », cette rencontre s’est déroulée en deux temps dans le groupe WhatsApp créé à cet effet soit : 30 minutes d’échanges entre l’animatrice principale, la journaliste ivoirienne Sita Soro et l’invité, puis 30 autres minutes dédiées aux questions des participants, sous la coupole de l’animatrice. À travers ces échanges, Gbènakpon Todego s’est attelé à mettre en lumière ce en quoi consiste le métier de scénographe au théâtre. À l’en croire, le scénographe est un artiste mais aussi un technicien, qui a à sa charge la conception et la réalisation de l’espace théâtral, en étroite collaboration avec le metteur en scène.

Sènakpon Todego est membre du collège scénographique de la 12è édition des Récréâtrales © Nkuanga Mboko – Neti na film

Sans pour autant confondre son rôle à celui du metteur en scène qui demeure le chef orchestre de sa pièce, le scénographe est le bras droit de ce dernier. « Nous ne sommes pas dans un rôle de pouvoir. C’est beaucoup plus de la complémentarité mais soulignons que c’est le metteur en scène qui a le dernier mot », clarifie Gbènakpon Todego. Membre actif du collège scénographique des Récréâtrales qui constituent un espace panafricain d’écriture, de création, de recherche et de diffusion théâtrales, il a tenu à mettre un accent particulier sur les responsabilités du scénographe. Partant de la création, en passant par la conception jusqu’à la diffusion, le scénographe doit faire appel à sa créativité. Il crée un univers en tenant compte de l’espace, du temps, et des personnages. De même, il réalise les plans, choisit les matériaux, et dirige la construction en atelier.

De sa communication, l’on retient également que l’éclairagiste, le costumier doivent être en accord avec le scénographe. « Quand je parle de scénographie entendez : décor, lumière, costumes, sons, scène, disposition du public … », insiste-t-il. Selon Gbènakpon Todego, l’on distingue trois types de scénographie à savoir : la scénographie de spectacle, la scénographie d’équipement et la scénographie d’exposition.  Mais il n’omet pas de préciser que de plus en plus, de nouvelles possibilités naissent dont la scénographie d’intérieur. Pour l’invité, même s’il n’existe pas encore une école de scénographie en Afrique de l’Ouest, il y a des parcours initiatiques dans les écoles d’arts dramatiques. « Les festivals et compagnies servent également de lieux de formations continues », rassure-t-il.

A noter que cet atelier de renforcement de capacités entend se poursuivre en présentiel à la 12ème édition des Récréâtrales prévues du 29 octobre au 06 novembre 2022 à Ouagadougou au Burkina-Faso. Une douzaine de journalistes membres du réseau Critiques Africaines et du Réseau des journalistes culturels francophones d’Afrique de l’Ouest (RJCFAO) représentant le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Sénégal, le Cameroun, la Tunisie et le Congo est conviée à ce rendez-vous d’art dramatique.

Inès Fèliho (Bénin) ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.