« Resources Mobilisation Digithon » : un forum 100% virtuel pour démocratiser l'accès aux financements culturels

« Resources Mobilisation Digithon » : un forum 100% virtuel pour démocratiser l'accès aux financements culturels

INTERVIEW – La région MENA (en anglais « Middle East and North Africa ») accueille, du 22 au 23 septembre 2022, une session du forum 100% virtuel “Resources Mobilisation Digithon – RMD”. Pour son initiatrice, Wafa Belgacem, experte en fundraising, ce rendez-vous est un espace de plaidoyer qui facilite le réseautage et la recherche de financement.

www.noocultures.info : Resources Mobilisation Digithon pour la région du MENA s’ouvre dans les prochains jours. Quels sont les enjeux de tenir cette initiative dans cette région après des éditions dans d’autres régions ?

Wafa Belgacem : La région MENA est une des deux régions sur lesquelles se focalise la mission de CFW – Culture Funding Watch. Toutes les deux souffrent de la dispersion de l’information, le manque de transparence et l’inégal accès aux données. La démocratisation de l’accès à l’information relative aux financements et ressources est le premier pilier pour accéder aux ressources. Cet enjeu est fondamental, car la rétention de l’information renforce le monopole.

Le financement de la culture est une problématique à laquelle est confronté le secteur. En quoi cette initiative est une option à explorer ?

Le concept RMD  joue un triple rôle pour achever la mission de CFW. Il permet non seulement un accès égal aux informations, mais aussi démocratise le networking/ réseautage. 100% virtuel, le sommet facilite le réseautage pour ceux qui n’ont pas les moyens et/ou les connexions pour être présent là où il faut.

Également, le RMD est un espace de plaidoyer. Le programme de panel et discussion permet le partage des expériences, la vulgarisation de l’innovation et crée un espace où les actuels soutiens de l’art et de la créativité sont en contact avec des potentiels financeurs. Dans nos panels, nous visons délibérément autant que possible de mixer les panélistes et inclure de futurs soutiens que nous avons identifiés grâce à nos activités de veille. Ainsi ceux qui ont juste besoin d’un petit “push” peuvent être motivés et encouragés dans cette direction.

A quoi doit-on s’attendre à cette nouvelle session  ?

RMD MENA 2022 est un forum numérique qui relie les bailleurs de fonds, les soutiens de l’art et de la créativité et les acteurs culturels et créatifs de la région MENA.

Il s’agit d’un événement de partage de savoir, de réseautage et de plaidoyer en ligne qui se tiendra les 22 et 23 septembre 2022. Il est construit autour de trois axes :
– Un speed meeting pour donner aux participants l’opportunité de s’informer sur les opportunités existantes. Nous avons sollicité environ une cinquantaine de bailleurs/investisseurs et souteneurs de l’art et de la créativité pour venir informer les créatifs de la région sur les soutiens qu’ils offrent et comment y accéder. La durée de chaque tour sera d’environ 30 minutes, les participants changeant de table tout au long de la journée.
– Un espace de réflexion sur les mécanismes de financement existants de la mobilité et du soutien aux projets créatifs et artistiques ou impliquant des acteurs des Industries Culturelles Créatives (ICC). Des masterclass et des panels qui débattent des questions des financements des ICC et de la durabilité financière.
– Un espace d’exposition pour découvrir une quarantaine de projets innovants de la région.

En tout, il est prévu une dizaine de panels, conférences et masterclass pour un millier de participants.

Y-a-t-il un suivi après les 48 heures d’échanges ?

Oui, comme pour les autres éditions, nous contactons quelques mois après certains des participants pour nous informer sur les potentiels impacts de leur participation au RMD. Nous conduisons même des interviews vidéo pour les success stories. Par exemple l’édition globale de l’année dernière, nous avons des participants qui ont eux des deals et d’autres qui se sont mis en partenariat et sont actuellement en train d’implémenter un projet en Jamaïque.

N’est-ce pas même le fonctionnement, l’organisation et la structuration des projets culturels qui posent un problème ? Autrement dit, la solution d’un meilleur financement du secteur créatif n’est-elle pas de travailler à une meilleure gestion des projets culturels ?

Certainement pas, une meilleure gestion des projets n’est qu’un élément de la solution et est en fait à la fin de la chaîne. Cette vision découle d’une analyse restrictive et unidimensionnelle de la problématique. Nous avons besoin d’aborder une approche de l’écosystème.

La rédaction ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.