Plateforme ARTIRIUM : transmettre l’art sans limites

Plateforme ARTIRIUM : transmettre l’art sans limites

BENIN – Mise en place dans le cadre du projet ARTIRIUM 1.2+ et présentée le 28 juillet dernier à l’Institut français de Cotonou au Bénin, cette plateforme propose de mettre à la disposition du public des tutoriels pour découvrir des expressions culturelles africaines.

La problématique n’est certes pas nouvelle ; mais l’approche est innovante. Comment le numérique peut aider à dépasser voire briser les barrières des rencontres entre les arts et le public ? Pour SudCréa, association socio-culturelle béninoise, si le numérique a permis à d’autres secteurs sociaux de se positionner, l’art a encore du chemin à faire. «Transmettre des émotions, proposer une approche pédagogique de transmission de l’art qui garde son authenticité requiert des techniques spécifiques qu’il nous a fallu trouver pour répondre à ce défi », indique Giovanni Houansou, le coordinateur du projet ARTIRIUM 1.2+.

Le lancement officiel, le 28 juillet à Cotonou, la capitale économique du Bénin,  de la plateforme artirium.net conçue dans le cadre dudit projet, a été l’occasion de lever un coin de voile sur la vision. Les différentes barrières entravant de plus en plus les rencontres entre les artistes d’une part, et d’autre part les artistes et les publics, constituent un handicap majeur pour la circulation des œuvres et expressions culturelles. Le numérique se révèle alors comme une opportunité pour les arts. Faire découvrir et partager des pratiques artistiques d’une culture sans tenir compte des barrières notamment géographiques devient alors possible. artirium.net se propose d’être le nouveau canal de partage de connaissances et de la valorisation de la diversité.

Parcours initiatique

artirium.net se présente comme un espace ouvert de partage de connaissances. La plateforme propose ainsi, sous formes de tutoriels épisodiques, des techniques de création artistique et des méthodes de management de la culture. Elle permet de partager ses connaissances en matière d’art, de créativité, de pensée sans être limité. En plus des tutoriels, le parcours proposé à l’internaute inscrit sur la plateforme se compose  de webinaires et de Masterclass présentielles ou semi-présentielles portant sur une expression culturelle et/ ou une thématique.

Sur la plateforme, les tutoriels proposent une initiation sur plusieurs danses à l’instar du Zinli (sud Bénin), le Tèkè (nord Bénin), Guèlèdè (centre Bénin) ou encore des instruments traditionnels tels que les tambours utilisés pour ces danses. Pour Giovanni Houansou, l’objectif est de « mettre à la disposition des créateurs un outil pour améliorer la transmission. Car améliorer la transmission aura forcément un impact sur la qualité de la création, de la consommation ainsi que le management culturel. L’idée de la plateforme, c’est d’acquérir et de transmettre des expressions culturelles, des techniques de création et des méthodes de management ».

Renouveler la créativité

artirium.net se veut également une plateforme de mise en valeur de la jeune génération de créateurs. Sous le couvert des Prix Kirina initiés dans le cadre du projet ARTIRIUM 1.2+ et ouvert à la danse et l’humour pour cette édition, SudCréa a détecté de nouveaux talents africains à promouvoir. Evalués par des professionnels de l’humour et de la danse, les lauréats ont été dévoilés à cette cérémonie de présentation de la plateforme. Ainsi le Burkinabè Loukman Koanda et le Camerounais Moussi Brice sont les lauréats respectivement en humour et danse. Outre un accompagnement financier, ils bénéficieront d’une exposition médiatique avec un appui publicitaire à leurs travaux antérieurs et/ ou futurs.

Concours cyclique de créations et de performances artistiques entièrement coordonné en ligne, les Prix Kirina entendent ainsi favoriser le développement de la carrière des artistes et performeurs professionnels et amateurs émergents originaires et résidents dans des pays d’Afrique francophone. Un ensemble de démarches de SudCréa qui a bénéficié de l’accompagnement financier du Programme ACP-UE CULTURE (Afrique de l’Ouest) – AWA, porté par un Consortium formé de l’Institut français (Paris – France), chef de file et son partenaire codemandeur le Centre Culturel Korè (Ségou -Mali).

La rédaction ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.