Festival International de Hammamet : la première réussie pour Sabry Mosbah

Festival International de Hammamet : la première réussie pour Sabry Mosbah

TUNISIE – Dar Sébastien, Centre Culturel International de Hammamet, a accueilli le 16 juillet dernier, ce chanteur, compositeur et guitariste tunisien.

Sabry Mosbah s’est ainsi produit pour la première fois à cet évènement pluridisciplinaire qu’est le Festival International de Hammamet. Un des leaders de la nouvelle scène musicale tunisienne, l’artiste a présenté, le temps d’une soirée, un éventail de ses chansons les plus connues dans un théâtre rempli. Il a, par ailleurs, dédicacé sa représentation à son fils : « Il vient me voir pour la première fois sur scène » et à son père, Slah Mosbah, également musicien, chanteur, compositeur et acteur tunisien qui était présent dans le public. Slah Mosbah est notamment connu pour sa reprise de « Yamma lasmar douni » (« Maman, le brun est-il mauvais ? »), titre symbolique sur l’abolition de l’esclavage en Tunisie.

Un concert de deux heures durant lesquelles s’enchaînent chansons danses et solos de la part de chaque membre du groupe et des invités spéciaux. Des invités spéciaux tel que le chanteur tunisien, Abdelkarim Benzarti, qui est monté sur scène pour une revisite de sa chanson « Kfaya Kfaya ». Une reprise improvisée qui a été interprétée par les deux artistes en duo. La version originale a, par la suite, été interprétée par son compositeur, Abdelkarim Benzarti, accompagné par le public durant les refrains.

La représentation s’est clôturée avec la nouvelle œuvre de Sabry Mosbah, « Dellouni » qui a été enregistrée en duo avec le rappeur tunisien ElMassi. Ce dernier était présent pour interpréter la chanson comme originellement composée et chantée.

Le public, réceptif, a dansé, chanté mais également découvert une nouvelle chanson, inédite lors de ce spectacle musical. Une chanson qui s’ajoute au répertoire du compositeur et dont le public du FIH a eu l’honneur d’écouter en exclusivité. En effet, Sabry Mosbah a chanté pour la première fois sa nouvelle chanson en demandant au public d’être « indulgent » avec lui pour cette fois.

Notons que, le chanteur a tenu à rendre hommage aux personnes qui l’ont accompagné le temps de cette représentation. Le groupe était, de ce fait, composé d’instrumentistes à corde, à vent et des percussionnistes. Avec Hédi Fahem à la guitare électrique, Marwen Soltana à la basse, Selim Arjoun au piano et enfin Nada Mahmoud, seule présence féminine du groupe, au Oud,  instrument de musique à cordes pincées très répandu dans les pays arabes. Quant aux percussions, c’est le « meilleur groove de Tunis », comme le décrit Sabry Mosbah, Yusuf Soltana a accompagné le concert à la batterie. Enfin, la flûte, seul instrument à vent présent, était mis en valeur par Mohamed Bousalha. Chaque membre du groupe a donc été présenté et un moment leur a chacun été accordé pour un solo qui a par la suite été acclamé par le public.

Sabry Mosbah, artiste accompli de la scène musicale contemporaine tunisienne, a donc proposé un spectacle complet et réussi qui a su charmé son public très diversifié, de jeunes, enfants et adultes. Une réussite à en croire les acclamations du public dont les sourires rayonnaient à la sortie du théâtre.

Meriem CHOUKAÏR (Stagiaire) ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.