FestiC 2021 mobilise des films autour du vivre ensemble

FestiC 2021 mobilise des films autour du vivre ensemble

www.noocultures.info – La 4e édition du Festival des identités Culturelles (FestiC) est à son 4e jour de programmation et de projections de films sélectionnés sous le thème « Identité et vivre ensemble ». Du 30 octobre au 6 novembre, plus d’une vingtaine d’œuvres cinématographiques seront projetées au public. En dehors des films, cette édition, qui a pour site principal le quartier de Ouidi, a prévu une conférence et une soirée “Nuit de la résilience”.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la projection du film documentaire  « Dimdolobsom »  de la réalisatrice française Christine Allot-Bouty. Ce premier long métrage du FestiC qui dure 50mn30s, retrace la vie de Dim-Dolobsom, Chef traditionnel moaga, administrateur colonial et auteur du livre « Le secret des sorciers noirs ».

« Dim-dolobsom est l’un des écrivains chercheurs les plus illustres, qui a commencé dès les années 1920. Il a fait un travail énorme que l’on reverse à la science et à la recherche endogène qui montre le fait que l’Afrique ne vient pas du néant », a témoigné Philippe Savadogo, le parrain de l’événement par ailleurs ancien ministre de la Culture et ambassadeur burkinabè.

Durant une semaine, le quartier Ouidi va accueillir les festivaliers venus du monde entier.  Selon Wend-Lassida Ouédraogo, coordonnateur du festival, ce sont vingt et quatre (24) œuvres de quinze (15) pays d’Afrique, d’Europe et de la diaspora qui seront diffusés tout au long du festival. « Nous sommes très contents et honorés d’accueillir le festival dans notre quartier », a affirmé le représentant du Chef de Ouidi. Il espère que ce ne sera pas la dernière fois car l’initiative contribue à l’ouverture d’esprit.

La valeur ajoutée de cette édition est l’aménagement d’un espace pour enfants qui va accueillir les jeunes cinéphiles en journée et en soirée pour des projections destinées à leur âge.

Le 04 novembre prochain à l’université Pr Joseph Ki-Zerbo, un panel va s’animer sur le thème de l’édition. Quant à la « Nuit de la résilience », elle va mettre en scène deux communautés à savoir les peulhs et les forgerons. Cette soirée a pour objectif de faire connaître ces communautés, et plus principalement les forgerons qui, en pays moaga constituent le dernier recours en situation de crise.

En dehors du site de Ouidi, la cité universitaire de Kossodo est aussi consacrée à une programmation pour les étudiants.

La rédaction ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *