L’hebdomadaire béninois le « Déchaîné du Jeudi » en mode séduction au Togo

L’hebdomadaire béninois le « Déchaîné du Jeudi » en mode séduction au Togo

www.noocultures.info – Dans le cadre des « cartes Blanches », l’Institut Français du Togo a accueilli ce samedi 14 décembre 2019 une exposition de dessins de presse et de caricatures du journal « Le déchaîné du Jeudi (DDJ) ». Organisée par l’association de la diaspora béninoise au Togo, la soirée a été l’occasion pour le  journal de se faire connaitre par le public togolais et également de partager ces ambitions avec celui-ci.

Initié par le groupe des ambassadeurs francophones et le bureau régional pour l’Afrique de l’ouest de l’OIF, « Cartes Blanches » est un événement qui donne la possibilité à tous les pays qui composent la francophonie de se faire connaitre et de se mettre en valeur au Togo, à travers différentes sortes d’œuvres. Il s’agit aussi a expliqué Marc Vizy, ambassadeur de France au Togo et président du groupe des ambassadeurs francophones, de faire découvrir toute la diversité des composantes de la francophonie.

C’est donc au Bénin qu’est revenu le privilège, après la France et le Canada. Le pays s’est fait valablement représenté par le journal « le déchaîné du jeudi » dont les dessins et les caricatures ont séduit le public de l’Institut Français du Togo ce samedi. Que de sourires et de rires pouvait-on remarquer sur le visage du public.

En effet, le DDJ est un hebdomadaire satirique béninois, qui présente l’actualité qu’elle soit politique ou non, de façon particulière à travers uniquement les caricatures et les textes. « Le but est de montrer qu’on peut présenter autrement l’actualité dans nos pays ; qu’il est possible de faire des débats dépassionnés autour de l’actualité politique, dire les choses simplement et aussi de rappeler qu’on peut rire de tout, des choses tristes, rire de notre quotidien … », a expliqué Colince Yann, le rédacteur en chef du journal.

Pour l’ambassadeur, le dessin de presse et un art à part entière et représente un bon indicateur de la liberté d’expression d’un pays. Il a affirmé que « la caricature est un genre humoristique qui existe depuis l’antiquité et qui symbolise la liberté d’expression et que ce droit à un regard un peu ironique de l’actualité est une expression de la vitalité de la démocratie ».

Un « déchaîné du jeudi » Togolais ?

Si le « déchaîné du Jeudi » est arrivé à relever le défi et à souffler sa première bougie en août dernier au Bénin, « dans un contexte où il n’existe pas de presse satirique ou de presse qui propose des dessins de presse dans le pays », il parait possible pour l’équipe de se faire une place dans la sous-région. L’ambition a été justement exprimé par l’éditeur du journal. « Nous espérons bénéficier du soutien des ambassades de France, du Bénin et du Togo, sur l’ensemble des projets qui vont suivre. Nous espérons aussi le soutien de l’Institut Français et de l’Ambassade de France pour que le déchaîné du jeudi puisse s’installer aussi au Togo(..) Il vaut mieux au lieu de rire que de l’actualité béninoise, rire aussi de l’actualité togolaise », a exprimé Sidiki Karimou.

Colince Yann de son côté pousse encore plus loin l’ambition et veut voir l’hebdomadaire devenir un cas d’école non seulement pour le Bénin, la sous-région, ou le continent, mais pour toute l’humanité. « Nous comptons très sincèrement sur votre soutien pour arriver à l’avènement des journaux satiriques et bâtir un monde où de plus en plus de journaux sont remplacés par des « déchaînés du jeudi ». On a déjà assez de journaux qui présentent l’actualité de façon suffisamment triste ; il faut assez de journaux qui présentent l’actualité de façon humoristique », a-t-il souhaité.

Un festival de dessin de presse francophone, organisé par le journal, est d’ailleurs annoncé en janvier prochain dans la capitale Béninoise.

Par Akouavi DAGONA ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.