Burkina Faso : quand la langue allemande offre de nouvelles perspectives à des milliers d’élèves et enseignants

Burkina Faso : quand la langue allemande offre de nouvelles perspectives à des milliers d’élèves et enseignants

BURKINA FASO – L’initiative « Écoles : partenaires de l’avenir » (PASCH) est un réseau mondial de plus de 2000 écoles où s’apprend la langue allemande et se partage la culture germanique. Au Burkina Faso, la signature d’un contrat entre le Goethe-Institut Burkina Faso et le Collège Notre Dame de Kologh-Naaba, le 21 mai 2022, porte à 3, le nombre d’établissements bénéficiaires du programme. Au grand bonheur des apprenants, des professeurs et des responsables desdits établissements.

Lycée Mixte de Gounghin. Lycée Bogododo. Collège Notre Dame de Kologh-Naaba. Depuis 2008 pour les deux premiers et mai 2022 pour le troisième, ces établissements sont parties prenantes, au Burkina Faso du réseau PASCH, ce regroupement de milliers d’écoles dans le monde ayant en commun l’apprentissage de la langue allemande. Lancée en février 2008 par le ministère allemand des Affaires étrangères, l’initiative « Écoles : partenaires de l’avenir » (PASCH) vise à créer, entretenir et renforcer un réseau mondial d’établissements partageant un lien particulier avec l’Allemagne.

Quel que soit leur emplacement sur le globe, les établissements qui intègrent le réseau bénéficient des mêmes avantages d’apprentissage de la langue allemande, ainsi que des mêmes opportunités d’échanges avec l’Allemagne. Un atout dont se réjouit la Directrice du Collège Notre Dame de Kologh-Naaba, Sœur Edith Sawadogo, et qui a motivé sa démarche vers le Goethe-Institut Burkina Faso pour intégrer le programme. Le 21 mai 2022, au cours de la cérémonie officielle de signature du contrat entre le Goethe-Institut Burkina Faso et le collège, elle l’a encore martelé lors de son allocution : « C’est un grand jour pour nous de rejoindre ce programme. Notre présence ici, après les différentes étapes de sélection est non seulement la preuve que nous nous préparons depuis pour ce moment, mais aussi que nous sommes prêts à en bénéficier ». Pour Catharina Bayeridiena, experte de l’enseignement et responsable du PASCH au Burkina Faso et au Mali, « le choix se fait en tenant compte du niveau d’excellence et d’organisation au sein de l’établissement. Mais aussi du niveau d’engagement des professeurs d’allemand dudit établissement ». Et le Collège Notre Dame de Kologh-Naaba a rempli ces critères.

« Susciter l’intérêt et l’enthousiasme pour l’Allemagne, motiver les jeunes à apprendre l’allemand et créer un réseau mondial d’écoles », tels sont les objectifs de l’initiative PASCH comme l’a rappelé à cette cérémonie, le Directeur du Goethe-Institut Burkina Faso, Martin Pockrandt. Au Burkina Faso, où l’allemand est la deuxième langue étrangère enseignée, il est plus qu’évident que PASCH ne manque pas d’adeptes.

Signature de la convention de partenariat entre le Goethe-Institut Burkina Faso et le Collège Notre Dame de Kologh-Naaba le 21 mai 2022 ©NO’OCULTURES

« Pour le meilleur »

Entretenir l’amour de la langue tout en accompagnant le développement de la créativité des apprenants. Telle est la méthode PASCH. Dans les établissements bénéficiaires, les élèves germanisants bénéficient d’une salle équipée et adéquate pour l’apprentissage de la langue. Ils sont encadrés par des professeurs qualifiés, dont les capacités ont été pour la plupart renforcées. Prenant comme prétexte l’apprentissage de la langue allemande, le programme PASCH entend ainsi aider à développer la créativité des apprenants.

Professeur d’allemand au Lycée Bogodogo, Yacouba Ouedraogo estime que l’approche et la méthode PASCH sont les éléments qui expliquent son succès et le fait que les bénéficiaires n’en disent que du bien. « Les établissements qui sont partenaires du Programme ont la même approche. Les élèves sont d’abord encadrés dans leur classe respective par des professeurs d’allemand. Au-delà des cours enseignés, on veille à entretenir leur passion, qui pour la danse, qui pour le chant, qui pour le théâtre ou encore la mode. Une fois par semaine, quand ils se retrouvent au niveau du club, ils sont répartis selon leurs sections. Et c’est aussi une occasion pour s’exercer à parler la langue », explique-t-il fièrement.

Cette méthode est également très appréciée au Lycée Mixte de Gounghin, à en croire Ousmane Kabore, professeur d’allemand et un des encadreurs. Pour lui, le fait de ne pas se focaliser sur la langue rend justement facile son apprentissage. « Au-delà, l’une des difficultés pour apprendre une langue quand on n’est pas dans le pays d’origine de la langue, c’est la pratique. En mettant en place ces clubs, les apprenants se retrouvent à s’exercer de façon ludique. C’est alors plus facile pour eux d’assimiler les notions », confie-t-il sous le regard approbateur de quelques élèves.

Brassage des cultures.

Mais PASCH, en tant que réseau mondial de plus de 600 000 étudiants de 2 000 écoles dans 120 pays, offre plus que de meilleures conditions d’apprentissage de la langue allemande et du soutien aux enseignants. Projets éducatifs, concours, séjours linguistiques en Allemagne ou dans les écoles partenaires, sont autant d’atouts à l’actif de l’initiative. Et ils sont nombreux chaque année, enseignants comme élèves, à être sélectionnés pour ces voyages d’échanges. Avec des résultats satisfaisants.

Ezéchiel Wendtoin Nikiema est un ancien élève du PASCH au Lycée Mixte de Gounghin. Ayant étudié en Allemagne grâce au programme, il est maintenant actif en tant que musicien en Allemagne et au Burkina Faso sous le nom d’artiste “Ezé”. Invité à sceller le « mariage » entre le Goethe-Institut Burkina Faso et le Collège Notre Dame de Kologh-Naaba en ce mois de mai 2022 à Ouagadougou, il relève les bénéfices du programme pour sa carrière. « Grâce à l’initiative PASCH, je ne peux pas seulement communiquer en allemand, je peux même chanter dans cette langue », reconnaît-il. En septembre prochain, il entamera les recherches pour sa thèse à Dresde en Allemagne. Très adulé par ses jeunes frères et sœurs et pris en exemple, sa chanson « Fahrrad fahr’n » (faire du vélo), a été reprise en chœur durant sa prestation.

Photo de famille d’apprenants, enseignants et officiels ©NO’OCULTURES

Ancien élève également du Lycée Mixte de Gounghin, c’est en 2019 qu’Amidou Kabore obtient une bourse de séjour en Allemagne dans le cadre du programme PASCH. Ce séjour-découverte a été pour lui un moment de brassage avec des apprenants de plusieurs cultures. « On suivait des cours intensifs mais on avait aussi des moments pour se connaitre, faire des visites, du tourisme. Ce séjour m’a fait voir que le Burkina Faso fait partie d’un monde et que nos différences doivent servir à nous accepter. La langue nous a permis de nous rencontrer. Et de nous accepter », dit-il avec fierté.

C’est ce même sentiment de fierté qui anime Ousmane Kabore, professeur d’allemand au Lycée Mixte de Gounghin. Après plusieurs séjours en Allemagne et des programmes de renforcement de capacités, il estime aujourd’hui pouvoir transmettre plus qu’une langue aux apprenants. Pour lui, « la langue allemande, c’est plus qu’une simple langue, ce sont des valeurs. Et le programme PASCH arrive à transmettre les deux. Tout ceci contribue à promouvoir le vivre-ensemble ». C’est dans cet esprit de partage et de reconnaissance que le Lycée Mixte de Gounghin et le Lycée Bogodogo se sont joints au Collège Notre Dame de Kologh-Naaba ce 21 mai pour lui souhaiter la bienvenue dans la grande famille PASCH au Burkina Faso.

Eustache AGBOTON, ©www.noocultures.info

laissez un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.